Actualités

Election municipale du 15 mars 2020

Le 1er tour de l'élection municipale de Waldwisse a livré son verdict malgré les conditions particulièrement anxiogènes dues à l'épidémie du virus COVID-19 qui sévit actuellement.

Pas moins de 330 personnes sur 535 inscrites (soit 61,68%) se sont données la peine de se déplacer pour voter. Cette participation est nettement supérieure à la moyenne nationale.

Résultat sans appel : la liste du maire sortant M. Jean-Guy Magard a été reçue 15/15 avec une moyenne de 57% des suffrages exprimés contre 43% pour la liste de M. Mario Ponticello. Un 2ème tour n'est pas nécessaire.

Retrouvez les chiffres exacts dans l'article de journal Le Monde.

La date de la 1ère réunion de ce nouveau conseil pour élire le maire et ses adjoints a été reportée au 15 mai voir même plus tard à cause de la pandémie de COVID-19. En attendant c'est l'équipe dans sa constitution actuelle qui assurera l’intérim.

AVIS à la population

Un défibrillateur est désormais disponible pour tous les habitants de notre commune. Il se trouve à l'entrée de la salle communale.

En espérant qu'il ne soit jamais nécessaire de s'en servir...

Municipales : la liste de Mario Ponticello

Mario Ponticello a grandi à Waldwisse et a décidé de s’y installer à la retraite. Il se lance dans les municipales et a monté une liste Agir ensemble pour Waldwisse, Betting, Gongelfang.

Sur la photo, de gauche à droite, au premier rang : Cédric De Silvestri, animateur-formateur, 38 ans ; Aline Bodo, vendeuse, 52 ans ; Francis Grun, cadre retraité 66 ans ; Jean-Michel Dorbach, agriculteur, 58 ans ; Mario Ponticello, gérant de société à la retraite, 64 ans ; Alexandre Poesy, opérateur de commandes 34 ans ; Christiane Dorbach, infirmière retraitée, 64 ans et Mélanie Bausch, 35 ans, chargée d’étude environnement.

Au deuxième rang : Roseline Richard, assistante maternelle, 54 ans ; Cathy Marie-Claire Bizzari, équipière polyvalente en restauration, 45 ans ; Denis Neisius, ouvrier qualifié en logistique, 52 ans ; Marie Soumann, professeur des écoles 37 ans ; Adeline Tachenon, technicienne coloriste 38 ans ; Cyrille Jaeger, 43 ans, opérateur machine laser et Ralph Dillschneider, 49 ans, chef d’entreprise.

Source texte et photo Républicain Lorrain du 11/03/2020

Municipales : Jean-Guy Magard présente sa liste

Maire depuis 2014, Jean-Guy Magard a décidé de repartir pour un mandat à la tête de Waldwisse, Gongelfang et Betting.

Voici sa liste. Sur la photo, de gauche à droite, au premier rang : Alain Jacob, retraité ; Angélique Jelsch, magasinière ; Jean-Guy Magard, agent technique ; Lætitia Winterstein, éducatrice jeunes enfants et Roger Sabe, retraité. Au deuxième range : Cécile Kokel, aide à domicile ; Jean-Claude Richard, retraité ; Jean-Michel Streit, chef d’exploitation ; Olivier Wianni, chef secrétariat technique ; Pierre Godot, dessinateur de voirie ; Bernard Fritzinger, retraité ; Christiane Meyer, assistante de gestion ; Michel Arnold, informaticien ; Chantal Augustin, auxiliaire de vie et Patrick Neisius, programmateur industriel.

Dix personnes étaient déjà en place lors du mandat actuel.

Source texte Républicain Lorrain du 09/03/2020

Dernière réunion de l'actuel conseil municipal

Le 4 mars a été la dernière occasion de notre maire Jean-Guy Magard de réunir les membres de son conseil municipal avant les prochaines élections municipales.

Au programme l'approbation des comptes 2019, administratif, affectation du résultat et compte de gestion ainsi que diverses autres décisions. Voir le compte rendu en cliquant ici.

A la fin du conseil Jean-Guy Magard a remercié ses conseillers pour ces 6 années de collaboration et pour les travaux accomplis. Preuve de l'entente cordiale de l'équipe, il s'est félicité que la grande majorité des conseillers soient candidats à le suivre pour un nouveau mandat aux élections qui s'annoncent.

Le tout s'est terminé dans la convivialité par une petite collation.

Depuis 2001, c’est un incontournable. Entre Waldwisse et Biringen, une quinzaine de chars et des dizaines de personnages déambulent à l’occasion du carnaval. Qu’il pleuve, qu’il neige ou qu’il vente, les festivaliers n’en manquent pas une miette. Pour le plaisir des yeux et des oreilles. Allez hop, entrez dans le cortège.

De la pluie est annoncée, pis encore des bourrasques aussi. Et alors ? Ils sont des dizaines en Allemagne comme à Waldwisse côté français à préparer depuis des semaines cet événement, alors rien ne pourrait les arrêter. La preuve : ce dimanche, les participants se sont mis sur leur 31 à l’occasion de la 20e édition du carnaval transfrontalier.

Certains ont sorti les crocs de vampires, d’autres leurs plus belles fourrures, pendant que quelques-uns ont enfilé l’uniforme d’écolier ou encore la toge de pharaon. Depuis 2001, c’est une étape obligée dans les localités de Waldwisse et Biringen, distantes d’un petit kilomètre.

À la tête du mouvement : les Amis de la Fête de l’Amitié qui organisent plusieurs manifestations fédératrices chaque année. Mais aussi des bonnes volontés qui n’hésitent pas à se retrousser les manches pour innover et proposer un décor revu et amélioré au gré des éditions. Les associations comme les pompiers ne dérogent pas à l’exercice, d’autres des villages environnants, dont les jeunes agriculteurs de Sierck, s’essaient aussi aux séances de bricolage.

Vincent, lui, est passé maître en la matière. « Karine, ma fille, me livre des dessins et moi je m’exécute. Cette année elle a fait fort, imaginant une sculpture en forme de pharaon. Il m’a fallu un mois pour la créer et deux mois pour concevoir le char assorti. » Le résultat est bluffant et a fait son effet samedi à Merzig. « J’ai décroché le 2e  prix », se réjouit Vincent, qui planche déjà sur sa réalisation de 2021. « Regardez, j’ai déjà le croquis. » Chut, on gardera le secret…

Délicieuse cacophonie

Il est 14h11, le top départ est donné. Les ruelles sont noires de monde. Dans le cortège règne une incroyable cacophonie. On commence par du Billie Eilish pour se mettre ensuite à la mode allemande avant de se trémousser sur du Plastic Bertrand et son célèbre Ça plane pour mo i. Voilà pour les réjouissances sonores.

Pour les yeux, costumes colorés avec Shrek, Trump, des clowns, des pandas, mais aussi des fumigènes et des confettis. N’oublions pas les plaisirs à déguster : pop-corn, bonbons, caramels ont voltigé des chars et le public s’est rué pour les ramasser. Quelques habitués ont sorti l’artillerie lourde, à savoir un parapluie, non pas pour se protéger des projectiles mais bien pour faire le plein de friandises « pour les petits-enfants », admet Michel. Une p’tite soif ? Liqueurs et bières étaient proposées au passage des chars.

Des villageois soudés malgré les différends

Voilà ce qui séduit autant les spectateurs venus de Metz, Thionville ou de Bouzonville, et qui se sont garés à la sortie du village, parcourant quelques kilomètres à pied pour se rendre au point de départ de la fanfare dominicale. Et même si au fil des deux décennies, l’amitié entre les voisins a été chahutée par des soucis de chasse ou d’éoliennes , au moment de faire la fête, on oublie tout et c’est tant mieux.

À Waldwisse, on n’est peut-être pas dans le Ch’Nord ou à Venise, mais on n’a pas à rougir de tenir le cap, et ce, depuis dix-neuf ans. Allez hop, à l’année prochaine !

Source texte et photo Républicain Lorrain du 24/02/2020

Photos de la galerie A. Diwo

C’est nouveau dans la commune !

De nouveaux équipements ont été installés dans le village. Il s’agit de canisettes. Un sac plastique destiné à recueillir les déjections de nos amis à quatre pattes afin que celles-ci ne jonchent pas les trottoirs de la commune. L’incivilité répétée de certains propriétaires a en effet poussé la municipalité à agir. Cette dernière a donc décidé de mettre ces canisettes, très pratiques, à disposition des habitants.

Source texte et photo Républicain Lorrain du 20/02/2020

Carnaval transfrontalier Waldwisse-Biringen : 20e édition !

Ce sera la vingtième édition du défilé de carnaval transfrontalier entre Waldwisse la Française et Biringen l’Allemande. Le départ sera donné à partir de Waldwisse dimanche 23 février à 14 h 11 tapantes, suivant la tradition d’outre frontière.

Plus d’une vingtaine de chars et de groupes costumés issus des deux villages, mais aussi d’autres localités du canton, y participent habituellement dans une ambiance festive et bon enfant, avec une distribution plus que généreuse de friandises et de boissons diverses.

Sans compter les décibels émis par les sonos embarquées sur les chars alimentés par des groupes électrogènes. Associations, clubs ou particuliers, tous sont les bienvenus et peuvent participer. Après le tour de la localité, la cavalcade passera la frontière et prendra la direction de Biringen, distante d’un petit kilomètre, où se poursuivront les réjouissances.

Ce carnaval acquiert de plus en plus de notoriété puisqu’il a été cité avec celui de Dunkerque l’an passé sur les ondes de France Inter.

Source texte et photo Républicain Lorrain du 19/02/2020

Nécrologie: Mme Marie-Andrée Brabant

Nous apprenons le décès de Mme  Marie-Andrée Brabant survenu le 29 janvier à Thionville, à l’âge de 44 ans. Née le 6 mars 1975 à Metz, elle demeurait à Thionville. Elle était entourée de l’affection de son conjoint, M. Christophe Didot, ainsi que de toute sa famille et ses proches.

Les obsèques ont été célébrées le 3 février dernier, en l’église Saint-Pierre de Thionville. Nos condoléances à la famille.

Source texte Républicain Lorrain du 18/02/2020

Municipales: Mario Ponticello « Gérer la commune en bon père de famille »

Il a passé trente ans à Waldwisse et a décidé de s’y installer pour vivre une retraite heureuse. L’ancien boulanger et gérant d’une entreprise à Basse-Ham œuvre depuis des mois sur sa candidature aux élections municipales. Avec Jean-Michel Dorbach et Alexandre Poesy, Mario Ponticello a élaboré une consultation communale, distribuée en novembre dans tous les foyers de Waldwisse, Betting, Gongelfang. « Un tiers des habitants nous ont répondu, et c’est ainsi qu’on a imaginé notre programme. » C’est l’envie d’agir pour sa commune qui l’a poussé à se lancer malgré l’absence d’expérience. « J’ai envie de faire les choses comme je l’ai toujours fait dans ma vie personnelle et professionnelle, c’est-à-dire en bon père de famille, sans prendre de risque. Je suis très attaché à Waldwisse. »

Un programme en accord avec les attentes des habitants

Sa liste de 15 personnes est complète depuis des semaines. « On a envie par exemple de créer un commerce alimentaire en concertation avec les deux boulangers du village, mais aussi de développer le bien vivre ensemble en aménageant une bibliothèque municipale qui serait un lieu de rencontre pour les anciens comme pour les jeunes. » Beaucoup de projets pourraient voir le jour sans générer de grosses dépenses. « Dans mon équipe, il y a des compétences qui ne demandent qu’à être exploitées. On pourrait proposer des formations aux gestes qui sauvent, des chantiers citoyens, l’enseignement des langues frontalières… Je m’inspire de ce qui se fait ailleurs. Mon but ? Réintroduire de la vie et de la cohésion. » Autres gros dossiers : le reposoir et l’évacuation vers les hôpitaux allemands. « Tout cela résulte d’un travail collectif et c’est la synthèse des souhaits exprimés par les habitants », rappelle Mario Ponticello.

À 64 ans, Mario Ponticello se lance dans les élections municipales pour valoriser, moderniser et sécuriser Waldwisse.

Source texte et photo Républicain Lorrain du 12/02/2020

Nécrologie: M. René Grün

Nous apprenons le décès de M. René Grün, survenu jeudi 30 janvier, à l’âge de 91 ans.

Né le 10 mars 1928, à Weiler (Allemagne), le défunt demeurait à Waldwisse.

M. René Grün avait pris pour épouse Mme  Édith née Heinrich, le 18 février 1949, à Mettlach (Allemagne), et eut la douleur de la perdre le 29 août 2009.

De leur union, sont nés cinq enfants. Huit petits-enfants et neuf arrière-petits-enfants sont venus agrandir le cercle familial.

M. René Grün était garagiste à la retraite.

Selon sa volonté, son corps sera crématisé.

Nos condoléances à la famille.

Source texte et photo Républicain Lorrain du 02/02/2020

Municipales: Jean-Guy Magard « C’est enrichissant humainement »

Dès 1983, Jean-Guy Magard a intégré la vie municipale en qualité de conseiller à Waldwisse. Puis il a jeté l’éponge pour mieux revenir il y a six ans, se lançant en tant que maire. « Ce sont des habitants qui sont venus me chercher. Entre conseiller et maire c’est le jour et la nuit c’est comme si vous plongiez dans l’océan. » Aidé par son équipe puis par deux secrétaires de mairie arrivées en cours de route, Jean-Guy Magard a appris à se dépatouiller et à sortir la tête de l’eau, épaulé par une équipe motivée, prenant à bras-le-corps le dossier des éoliennes, à la traîne depuis 2006, s’investissant personnellement.

« C’est très lourd à gérer, on est dérangé constamment mais c’est un enrichissement sur le plan humain. » Et d’admettre avoir géré dans un premier temps, l’urgent. « Des travaux de voirie ont été menés dans la commune et les deux annexes. Il y a eu un programme annuel de changement de l’éclairage et l’école ainsi que la création d’une garderie et d’une cantine. C’était très demandé. »

Ouvert à tous

S’il souhaite récidiver c’est pour mener à bien deux gros chantiers à 1M€ chacun : la rénovation de l’école et l’enfouissement des réseaux dans la rue Nationale, tout en veillant de près aux dépenses. « J’ai appris à être diplomate je crois. Il est important d’être ouvert à tous. Je suis natif de Waldwisse et je milite pour le bien vivre ensemble. »

Élu maire en 2014, Jean-Guy Magard souhaite repartir pour finaliser deux gros chantiers à Waldwisse

Source texte et photo Républicain Lorrain du 24/01/2020

Carnaval le 23 février : un défilé transfrontalier

Le carnaval transfrontalier de Biringen-Waldwisse en sera à sa vingtième édition, dimanche 23 février. Cet événement gagne en notoriété au point d’avoir été cité l’année passée dans la revue de presse d’une radio nationale.

Les membres de l’association Les amis de la fête de l’amitié œuvrent toute l’année à l’organisation de diverses manifestations dont la fête éponyme d’été de l’Amitié également transfrontalière, la Fête de la musique et le carnaval.

Les chars qui défilent sont toujours très bien réalisés. 

Source texte et photo Républicain Lorrain du 20/01/2020

La chorale fête ses quinze ans

Forte d’une soixantaine de choristes, la chorale Évolution de Waldwisse rassemble des chanteurs de toute la région. Pour marquer son quinzième anniversaire, un festival de chorales est en préparation pour le mois de septembre et devrait avoir lieu à Waldwisse. D’autres concerts sont prévus, avec notamment une prestation à Thionville pour Rétina, une autre à Rochonvillers, et comme tous les ans, un concert de Noël. La formation visite le répertoire sacré comme profane et est accompagnée par un clavier et une guitare, sous la houlette du chef de chœur, Francis Pastant. Plus de détails seront donnés lors de l’assemblée générale qui aura lieu le jeudi 16 janvier, à 20 h, salle communale de Waldwisse.

Source texte Républicain Lorrain du 11/01/2020

Déjà le temps des vœux

Le temps des vœux et des félicitations

Élus, membres d’associations, personnel communal et bénévoles étaient conviés à la salle communale pour les vœux du maire, Jean-Guy Magard. Par la même occasion, les jeunes diplômés de la commune, en l’occurrence Valentine Furhmann, Emma Winterstein, Laila Hermann, Jérome Augustin et Jérémy Neisius, ont été félicités pour leurs parcours. Ils se sont vus remettre un bon d’achat dans une enseigne culturelle.

Diplômes obtenus

- HERRMANN Laila BEP accompagnement, soins et services à la personne

- WINTERSTEIN Ema BAC spécialité économique et sociale

- FUHRMANN Valentine CAP spécialité employé vente

- NEISIUS Jérémy INGENIEUR en productique et mécanique

- AUGUSTIN Jérôme Maîtrise de Droit, économie et gestion

Source texte et photo Républicain Lorrain du 07/01/2020

Please reload

© 2020 by Patrick Neisius with Wix.com

Dernière mise à jour le 21-03-2020