Waldwisse, le 26 mai 2015

 

Madame, Monsieur,

 

Vous avez sans doute entendu parlé de ce qu'on appelle aujourd'hui « la réforme territoriale ». La presse s'en fait, en effet, régulièrement l'écho. Ce projet est censé moderniser les régions, les départements et les communes. Il est systématiquement présenté comme devant préparer l'avenir et générer des économies.

 

En réalité, cela fait plus de vingt ans que nos gouvernants font voter, chaque année ou presque, des lois de ce type ou s'en approchant, et jamais les impôts n'ont baissé. Nous sommes donc des plus circonspects.

 

Ce qui est vrai, en revanche, c'est que cette fois, non seulement il n'y aura pas plus d'économies, mais le citoyen ne s'y retrouvera plus. Car avec ce projet on prépare la création de grosses structures.

 

Demain, sur des sujets aussi importants que le prix de l'eau, de la cantine, ici chacun des maires doit évoquer des compétences propres au territoire, les communes, et particulièrement les plus petites, dont la nôtre, n'auront plus leur mot à dire. Les décisions seront prises ailleurs, par ces grosses structures, sans nous.

 

Vous n'aurez plus la possibilité d'interpeller les décideurs de la même manière qu'aujourd'hui. Ils seront trop loin. Cet éloignement fragilisera la qualité des relations élus-citoyens et, au bout du compte, la démocratie locale comme la vie sociale. Nul doute, en effet, que dans ces grosses structures, les partis politiques prendront le pouvoir et que dès lors, la politique partisane l'emportera systématiquement sur les projets.

 

Le système que nous connaissons est performant. Il est moins coûteux que ce qui est proposé et favorise les relations humaines, en s'appuyant sur les vertus du bénévolat et de la proximité.

 

C'est parce que nous voulons pas le voir disparaître que nous réagissons vivement, en plein accord avec l'Association des Maires Ruraux de France. Nous entreprendrons, à cet effet, un certain nombre d'actions pour informer la population sur les risques encourus et faire pression sur les parlementaires.

 

Parmi celles-ci, la plus visible sera sans doute l'apposition d'un crêpe noir ou d'une bande noire sur nos panneaux d'agglomération. Nous voulions que vous en connaissiez la signification : la défense d'une qualité de vie basée sur des contacts directs pour tous et non pas pour quelques-uns seulement.

 

Vous remerciant de votre compréhension et de votre soutien, je vous prie de croire, Madame, Monsieur, en l'assurance de ma considération distinguée.

                                                                                                   Jean-Guy Magard

                                                                                               Maire de Waldwisse.

© 2019 by Patrick Neisius with Wix.com

Dernière mise à jour le 13-11-2019